L’Anneau d’antiprotons de basse énergie

L’Anneau d'antiprotons de basse énergie (Low Energy Antiproton Ring – LEAR) était utilisé pour décélérer et stocker  des antiprotons pour les expériences.  Construit en 1982, il fut exploité jusqu’en 1996 ; il sera par la suite date transformé et deviendra l’Anneau d'ions de basse énergie (Low Energy Ion Ring – LEIR), qui injecte des ions plomb dans le Grand collisionneur de hadrons (LHC).

Dans le cadre du programme LEAR, quatre machines – le Synchrotron à protons (PS), le Collecteur d’antiprotons (AC), l’Accumulateur d’antiprotons (AA) et le LEAR – fonctionnaient ensemble pour collecter, refroidir et décélérer des antiprotons destinés à être utilisés par des expériences.  Les protons venant du PS créaient des antiprotons en entrant en collision avec une cible fixe. L’AC et l’AA capturaient un nombre suffisant d’antiprotons, et le LEAR, dernier maillon de la chaîne, les livraient aux expériences.

Lorsque les machines à antiprotons furent mises hors service en 1996 afin de libérer des ressources pour le LHC, un certain nombre de chercheurs ont poursuivi leurs expériences avec des antiprotons lents. Le Conseil du CERN demanda à la division PS de trouver une solution peu onéreuse pour fournir les faisceaux de basse énergie requis. Le rapport de conception d’une nouvelle machine, le Décélérateur d'antiprotons (AD), fut approuvé le 7 février 1997. L’AD, mis en service en 2000, reste à ce jour le principal fournisseur d’antiparticules au CERN. 

View in English