Une résidence au CERN pour l’artiste japonais Ryoji Ikeda

L’analyse des données du CERN sera la source d’inspiration du lauréat du troisième prix Ars Electronica Collide @ CERN, Ryoji Ikeda, artiste japonais qui vit et travaille à Paris.

Ryoji Ikeda est un artiste de renommée mondiale créateur d’images en mouvement, d’œuvres sculpturales et sonores, ainsi que d’œuvres faisant appel à de nouveaux médias, qui explorent les possibilités de percevoir les composantes invisibles des données présentes dans notre monde. Le jury du prix Ars Electronica Collide @ CERN a indiqué avoir été impressionné par l’ambitieux projet de recherche de l'artiste, qui vise à observer les données sous leurs dimensions quantiques.

«Nous sommes ravis que le troisième prix Ars Electronica Collide @ CERN récompense un artiste reconnu dans le monde entier pour ses installations sonores et visuelles alliant des compétences technologiques et artistiques exceptionnelles, a déclaré Gerfried Stocker, directeur artistique d’Ars Electronica Linz. Voir de quelle manière les recherches scientifiques et les technologies du CERN vont influencer son travail dans les années à venir s’annonce fascinant. »

 « Qu’un artiste de ce calibre trouve dans le traitement et l’analyse des données du CERN une source d’inspiration est tout simplement fantastique, a déclaré le Directeur général du CERN, Rolf Heuer. Le centre de données du CERN gère environ un pétaoctet de données par jour – l’équivalent de quelque 210 000 DVD – en provenance des expériences LHC. Rien d’étonnant donc à ce que le cœur de nos découvertes scientifiques soient au cœur d’une découverte artistique. »

Ryoji Ikeda se rendra au CERN avec son mentor de l’Ars Electronica Futurelab au printemps 2014 pour une visite préparatoire d’une semaine ; il fera alors connaissance avec son partenaire scientifique et source d’inspiration pendant son séjour au CERN. Compte tenu de ses nombreuses obligations internationales, Ryoji Ikeda effectuera sa résidence sur deux ans. La première partie débutera au CERN en juillet 2014. Il participera deux fois au festival Ars Electronica : en 2014, mais aussi à la fin de sa résidence, en 2015.

« Cette résidence au CERN et au Ars Electronica Futurelab m’offrira une liberté dans le temps et dans l’espace particulièrement précieuse pour rechercher et explorer de nouveaux horizons au CERN, l’un des plus grands centres technologiques du monde, sans aucune pression – une chose à laquelle j’aspire depuis longtemps, a déclaré l’artiste. J’ai vraiment hâte de commencer. »

Le jury a également attribué une mention d’honneur à l’artiste allemande Agnes Meyer-Brandis, classée deuxième, en lui offrant une visite organisée du CERN d’une semaine afin de faire jaillir de nouvelles idées pour ses futures créations.