Des cavités du LEP ont une deuxième vie grâce à SESAME

Installation des cavités du LEP à l'Institut des sciences et technologies nucléaires du Pakistan (Image : Sohail Janjua)

L'anneau de 27 km qui abrite aujourd'hui le LHC a été conçu pour son prédécesseur, le grand collisionneur électron-positon (LEP). Le LEP reste le plus puissant des accélérateurs de leptons jamais construits.

Dans l’anneau du LEP, qui a commencé à fonctionner  en 1989, il y avait 128 cavités radiofréquence en cuivre permettant d’accélérer les électrons et les positons. Les cavités radiofréquence sont des enceintes métalliques contenant un champ électromagnétique permettant d’accélérer les particules présentes dans les faisceaux.

Aujourd’hui, ces cavités ne sont plus utilisées dans l’anneau. Certaines servent désormais à des fins de formation ou à des expériences, ou sont utilisées pour des expositions.

« Nous allons utiliser ces cavités pour la formation en physique et technologie des accélérateurs afin de développer un savoir-faire spécialisé, ce qui nous permettra de fournir un appui dans le domaine de l’injection, de la réparation et de la maintenance au Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient (SESAME) explique Hafeez Hoorani, professeur de physique au Centre national de physique de l’Université Quaid-i-Azam d’Islamabad (Pakistan).

Cinq des cavités du LEP viennent d’arriver au Pakistan. Haafez Hoorani explique qu’il espère que les compétences en matière d’accélérateur permettront à son pays de développer des accélérateurs à usage médical, et, ultérieurement, de construire sa propre source de rayonnement.

Quatorze des cavités seront envoyées dans différents musées situés au Danemark, en Espagne, en France, en Hongrie, en Norvège, en Pologne et au Royaume-Uni.

Ces cavités radiofréquence, construites pour le Grand collisionneur électron-positon (LEP) du CERN, seront réutilisées pour la formation dans le cadre du projet SESAME (image: Sohail Janjua)