Bilan à mi-parcours pour le LS1

Avatar

Fin novembre, j’ai eu le plaisir de descendre dans le tunnel du LHC pour assister à la fermeture du premier des secteurs de la machine pour lequel les travaux étaient achevés. À ce jour, trois secteurs sont désormais achevés, et un quatrième est sur le point de l’être. Il s’agit là d’étapes importantes, et vous pouvez en suivre les avancées en détail dans les rapports réguliers sur le LS1 parus dans le Bulletin. Vous y découvrirez que nous sommes dans les temps pour pouvoir reprendre la physique dans environ un an. Vous verrez aussi que le mot d’ordre du LS1 reste encore et toujours : « Sécurité, qualité, calendrier ».

Que le calendrier ait été tenu, c’est une très bonne nouvelle, et cela témoigne de la rigueur apportée à la planification détaillée et complexe de tous les travaux qui devaient être entrepris pour le LS1. Et, ce qui est plus important encore, les travaux ont été menés en toute sécurité et la qualité des travaux entrepris en souterrain et sur l’ensemble de la chaîne d’accélérateurs est de premier ordre, comme le montrent les tests d’assurance qualité. Cela témoigne aussi du talent du personnel du CERN travaillant aux côtés d’équipes venues de Grèce, du Pakistan, de Pologne, et, précédemment, du JINR de Doubna. Un grand merci à tous et à toutes.

En ce début d’année 2014, qu’en est-il du calendrier du redémarrage ? Pour ce qui concerne tout d’abord la chaîne d’injection, les systèmes d’accès commenceront à être remis en service à compter du mois prochain, avec une première mise sous tension en avril et des essais de faisceau à la fin du printemps et au début de l’été pour le complexe du Synchrotron à protons. Si l’on passe au maillon suivant de la chaîne d’accélérateurs, le SPS devrait être prêt pour une reprise de la physique en octobre.

En ce qui concerne le LHC, actuellement les essais en pression se déroulent avec succès, et nous allons bientôt commencer le refroidissement, avec le secteur 6-7 en mai. D’ici à la fin octobre, la totalité de l’anneau du LHC devrait parvenir à sa température d’exploitation de 1,9 K. Les essais de puissance devraient être terminés d'ici à la fin de l’année, ce qui permettrait un démarrage du LHC pour la physique en 2015. Le bilan de mi-parcours est donc favorable : une pleine sécurité, des opérations de haute qualité, et un calendrier jusqu’à présent respecté. Il reste cependant beaucoup à faire, et rien n’est joué, mais nous pouvons être satisfaits de ce qui a été réalisé à ce jour.