Google Science Fair : la lauréate du concours visite le CERN

Brittany Wenger dans le hall d'essai des aimants supraconducteurs du LHC (le SM18) ce matin. (Image: CERN)

Brittany Wenger, lauréate du grand prix Google Science Fair, a fait une visite d’un jour et demi au CERN. Son projet, primé au concours, met à profit un réseau neuronal artificiel pour diagnostiquer le cancer du sein – une technique non-invasive qui a un fort potentiel d’utilisation dans les hôpitaux.

En plus d’une bourse d’études de 50 000 dollars de Google et des possibilités d’acquérir une expérience professionnelle dans certains des centres scientifiques associés au concours, Britanny s’est vue offrir une visite guidée personnelle du CERN. « Cette visite était juste incroyable, s’est-elle exclamée, j’ai pu parler avec Steve Myers [directeur des accélérateurs et de la technologie au CERN] de certaines des applications et technologies médicales qui ont à l’origine été créées pour les expériences du LHC, et de la manière dont elles peuvent être utilisées pour traiter le cancer. »

Brittany et sa mère Camilla ont fait le tour de quelques installations majeures du CERN, dont la salle de contrôle d’ATLAS, le Décélérateur d’antiprotons, le Centre de calcul du CERN et le hall d’essai des aimants supraconducteurs du LHC (le SM18). « L’ampleur de ces équipements m’a totalement impressionnée, raconte Brittany. Aujourd’hui, on m’a montré la Grille et j’ai vu le Centre de calcul. Pour moi, tout cela est incroyable, surtout que je suis une vraie mordue d’informatique ! »

Brittany a utilisé l’informatique en nuage pour créer son projet – un programme informatique qui modélise les réseaux neuronaux pour détecter les configurations complexes de cellules cancéreuses dans les biopsies de tissus mammaires. « L'objectif ultime est que les médecins de toute la planète puissent accéder au programme, l'utiliser pour établir des diagnostics, tout en l’alimentant avec des données supplémentaires pour qu’il "en apprenne davantage" et s'améliore au fur et à mesure, explique Brittany. Pour l’instant, sa sensibilité aux cellules malignes est de 99,1 % et il pourrait être prêt à une utilisation en hôpital. Ce taux devrait augmenter à mesure que j’obtiens plus d’échantillons. »

Et Brittany de conclure : « Ce ne sont pas des expériences qu’on voit tous les jours... J’ai vraiment adoré ma visite au CERN ! »

Pour en savoir plus sur le projet de Brittany, visitez sa page web Google Science Fair. Pour lui communiquer des données, rendez-vous sur Cloud4Cancer.