LS1: Effervescence à venir

Le travail principal concerne naturellement la consolidation des 10 170 jonctions électriques entre les aimants supraconducteurs du LHC. L'image montre leur installation en 2007 (Image: CERN)

La première et dernière exploitation proton-plomb de 2013 touche à sa fin, marquant ainsi le début du premier long arrêt du LHC (LS1). Place aux grands travaux d’amélioration et de maintenance !

Alors que depuis les premières injections pour la physique en 2009, le LHC fournit aux scientifiques une quantité immense de données à étudier, il est temps pour lui et les autres accélérateurs du CERN de faire peau neuve. Le 13 février 2013 commencera le premier long arrêt d’exploitation nommé LS1 (Long Shutdown 1). Pour autant, les activités du Laboratoire n’en seront pas moins riches et intenses. Pendant presque deux ans, il n’y aura pas de collisions mais des travaux monumentaux aux quatre coins du CERN pour rénover, développer toutes ses infrastructures et préparer le LHC à un nouveau cycle d’exploitation à plus haute énergie.

« Pendant le LS1, une série de rénovations va se déployer tout autour du LHC, explique Simon Baird, adjoint au chef du département EN. Le travail principal concerne naturellement la consolidation des 10 170 jonctions électriques entre les aimants supraconducteurs. Ainsi, les équipes vont commencer par ouvrir les 1695 interconnexions situées entre chacun des cryostats des aimants principaux. Elles répareront et consolideront simultanément 500 interconnexions environ. Peu à peu, les activités de maintenance s’étendront sur les 27 km de circonférence du LHC. » Le LS1 permettra de rénover mais aussi d’améliorer le LHC. Dans le cadre du projet R2E (Radiation to Electronics), la protection des équipements électroniques sensibles sera optimisée soit par la relocalisation du matériel soit par l’ajout de blindage.

Le LHC ne sera pas la seule machine concernée par les travaux, bien au contraire. Par exemple, le Synchrotron à protons (PS) et le Supersynchrotron à protons (SPS) vont connaître de grandes rénovations. Pendant le LS1, les travaux d’amélioration du système de contrôle d’accès du PS vont se poursuivre, entre autres par la mise en marche de 25 nouveaux points d’accès biométriques. De plus, tout le système de ventilation du tunnel va être démantelé et remplacé. Autour des 628 mètres de circonférence de l’accélérateur, 25 centrales de traitement d’air représentant un débit cumulé de 576 000 m3/h vont être installées ! Pendant ce temps, au SPS, une centaine de kilomètres de câbles d’instrumentation et de contrôle vont être déposés ou remplacés, suite à leur vieillissement dû à l’exposition aux radiations dans le tunnel.

Le CERN profite du LS1 pour améliorer les installations des expériences, des accélérateurs, des réseaux électroniques, etc., et reprendre ses activités principales brillamment après cette « pause ». Au cours de ce premier long arrêt, la vie au Laboratoire ne sera pas un long fleuve tranquille et vous pouvez compter sur le service de communication interne pour vous rapporter tous les défis à venir.