Dernières nouvelles du LS1: envisager l’inenvisageable

Annoncée il y a quelques semaines, l’opération de démontage et d’extraction d’un module de DFBA défectueux au point 6 du LHC s’est déroulée sans encombre. Uniques et irremplaçables, les DFBA du LHC sont des pièces à manier avec précaution.

Démonter et extraire un morceau de boîtier d'alimentation électrique (DFBA) : l’opération n’était ni prévue, ni prévisible. C’est ce qu’il a pourtant fallu faire. Car lorsque les équipes du LS1 ont découvert que le soufflet d’une des DFBA du secteur 5-6 était endommagé… et absolument inaccessible, les solutions ne se sont pas vraiment bousculées au portillon. Il n’y en avait qu’une, en fait : démonter, et extraire.

Première étape : mesurer l’alignement du module à extraire avec les lignes de faisceau, histoire de s’assurer que le faisceau qui traversait le DFBA avant pourrait le traverser après… Les géomètres du CERN ont donc fait un précis état des lieux. Ensuite, les câbles supraconducteurs et les conduites cryogéniques ont été déconnectés par une équipe d’experts du groupe TE-MSC.

Enfin, le démontage. Le module en question, qui pèse près de deux tonnes, est un morceau de choix. « Cette partie de la DFBA, appelée ‘shuffling module’, n’a a priori pas été conçue pour être dissociable du reste du boîtier électrique, explique Antonio Perin (TE-CRG), chef du projet de consolidation des DFBA pendant le LS1. L’opération de désassemblage, coordonnée par Didier Lombard (EN-MME), a donc été pour le moins délicate. » D’autant que les câbles supraconducteurs qui traversent le module ne pouvaient pas être simplement sectionnés, mais ont dû être proprement déconnectés par une équipe d’experts du groupe TE-MSC… deux mètres plus loin. Il a donc fallu les extraire du module avant de retirer celui-ci de son emplacement.

« Compte tenu de la complexité de l’intervention et de son caractère inédit, de nombreux intervenants hautement qualifiés issus de différents départements du CERN (EN, TE, BE) et expertises (telles que celle du Transport) ont été sollicités, souligne Said Atieh (EN-MME), coordinateur des travaux de soudage pour le LS1. Grâce à cette collaboration, l’opération de démontage et d’extraction a été un succès. » Le module se trouve désormais dans le bâtiment 112, où l’équipe EN-MME procède à sa réparation. Il devrait être réinstallé à sa place d’origine début 2014, ce qui promet d’être tout aussi délicat.

Sur les trois autres DFBA défectueuses identifiées dans le LHC, une a déjà pu être réparée sur place, une seconde étant sur le point de l’être. La troisième, en revanche, pose plus de problèmes. Elle pourrait bien, à l’instar de la DFBA du point 6, également devoir être remontée à la surface. Affaire à suivre…